Star Wars Galaxie

Forum RPG de Star Wars prenant place 16 ans après l'ordre 66.
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shine on, just shine on ! ★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Obi-Wan Kenobi
Admin ~ Grand Maître du Conseil Jedi de niveau 1


Messages : 717
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 26
Âge du personnage : 54 ans
MessageSujet: Shine on, just shine on ! ★   Sam 7 Mai - 12:40



Shine on, just shine on !
Close your eyes and they'll all be gone
They can scream and shout but they've been sold out

So shine on, just shine on !
With your smile just as bright as the sun
Cause they're all juste slaves to the Love they've made

But you & I just shone, juste shone...



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




One day, we'll fly away...



[Ce RP se passe 4 ans et 6 mois après l'ordre 66, après le sauvetage d'Ella]



Il fallait avoir une légère tendance à la débilité pour aller là-bas tout de même. Voire même plus que légère. Peut-être qu’Hayley avait raison en fin de compte, peut-être qu’Ella était réellement dérangée et qu’il fallait la faire soigner. En fait, elle ne méritait sûrement pas sa place dans l’ordre Jedi. Qui aurait pris la peine de garder une jeune femme folle, peu travailleuse, et totalement irresponsable ? A quoi bon la former puisqu’elle n’avait pas la capacité d’exercer son libre-arbitre de manière à rester en vie ? Car, disons ce qui est, en allant là-bas, Ella Mars avait risqué sa propre vie, mais elle avait également mis en danger tous ceux qui avait rejoint Byss pour aller la secourir. Pourquoi le nouveau grand maitre Jedi ne l’avait pas encore fait exclure alors qu’un tel renvoi aurait été parfaitement justifié ? Simplement car Obi-Wan culpabilisait. De toute façon, ce n’était pas bien difficile de le faire sentir coupable étant donné qu’il se sentait immédiatement concerné lorsqu’un malheur arrivait à quelqu’un qu’il côtoyait. Et puis, c’est par son intermédiaire qu’Ella avait appris l’identité de l’homme dont elle était amoureuse… Anakin Skywalker. Encore une fois, son ancien padawan s’était senti obligé de venir tout gâcher. Cela ne lui avait-il pas suffi de détruire psychologiquement Obi-Wan ? Non, il fallait qu’il s’en prenne à Ella. Pourquoi était-il venu lors des fêtes de Noël ? Avait-il encore le goût de s’amuser ? Est-ce que les gens qu’il s’acharnait à tuer lui manquaient ? Peu probable. En tout cas, Vador s’était montré stupide en retournant au temple Jedi ; comme si un simple hologramme pouvait empêcher Obi-Wan de se rendre compte de sa présence ! Pff, c’était ridicule. Lui qui se moquait toujours de ses plans s’était montré bien mal inspiré d’être aussi prétentieux. Alors, malgré tout, comment le maitre Jedi avait pu s’en rendre compte alors qu’il n’était même pas allé à la cérémonie ? Très simple, je vous explique : Kenobi avait fait un saut éclair dans la grande salle de fête, juste pour prouver à sa petite peste personnelle qu’il faisait des efforts considérables en dépit de son état très dépressif. Mais arrivé là-bas, il n’avait même pas pu descendre les escaliers, tétanisé par la présence de quelqu’un qu’il s’efforçait d’oublier. Vador était là. Si le côté obscur permettait de camoufler facilement la noirceur de sa personne, la Force ne lui fournissait pas assez de pouvoirs pour cacher sa véritable identité. Après quoi, Kenobi était rentré dans ses quartiers, laissant là Noël, la fête, Hayley et les autres invités. Il se moquait de tout et voulait juste être seul. Oublier que Vador revenait le hanter et passer de très mauvaises fêtes de Noël. Ce n’était pas si grave dans le fond, Obi-Wan avait l’habitude.

Tout ceci aurait très bien pu rester secret jusqu’à la fin des temps mais il s’est avéré que ce n’était pas possible. En effet, la padawan d’Eryll n’arrêtait pas de parler de ce mystérieux inconnu avec qui elle avait dansé le soir des fêtes de Noël : autrement dit, elle mentionnait Vador sans le savoir. La situation ne pouvait pas durer ainsi, il fallait qu’elle se le sorte de la tête, hors de question qu’elle soit entichée d’un Sith ! Hors de question qu’elle souffre autant qu’Hayley avait souffert suite à sa rupture avec l’apprenti débile de Vador. C’est dingue comme le monde est petit d’ailleurs ! Combien y avait-il de Siths dans la galaxie ? Allez, en comptant large, six ou sept. Et voilà, bam, deux amours, deux Siths. Soit c’était de la poisse, soit le destin était cruel. Pour Hayley, ce ne pouvait être que de la malchance. Mais en ce qui concernait Ella… Là, c’était une toute autre histoire. Ella n’avait jamais rien fait de mal à personne. D’accord, elle était un peu chiante, vraiment chiante en fait quand elle se mettait à délirer toute seule… Mais elle restait drôle ! Et gentille ! La petite padawan avait beau embêter Obi-Wan à toujours venir le déranger lorsqu’il essayait de faire ses tâches de paperasse, le Jedi l’appréciait. Kenobi ne lui avait jamais dit. Ah, non mais, imaginez un peu le drame que cela aurait causé. Ella aurait probablement été toute contente (elle était toujours contente de toute manière), elle aurait crié la nouvelle partout, jusque dans les oreilles d’Hayley qui aurait fait une scène au maitre Jedi. Jalousie ? Non, même pas. Peut-être que si en fait. Mais il s’agirait surtout d’un autre caprice de la petite gamine qu’elle était. Hayley excellait dans les caprices, elle ne se privait d’ailleurs jamais, sachant qu’Obi-Wan allait lui céder quoiqu’il arrive. A force de lui acheter tout ce qu’elle désirait, il allait finir par devenir pauvre. Eh oui, vous comprenez, elle avait un petit salaire et lui était si amoureux. Ou du moins, il en avait l’air. L’amour c’est mal. L’amour c’est triste. L’amour, ça ne devrait même pas exister.

Obi-Wan devait aller parler à Ella. Il devait s’excuser d’avoir contribué à créer le monstre qu’elle aimait. Il devait aller s’excuser de ne pas l’avoir prévenu des dangers de l’amour. Certes, personne ne s’était chargé de prévenir Obi-Wan et Hayley, mais ils avaient tous deux déjà vécu une dépression sentimentale ; ils connaissaient les risques. Une histoire d’amour idyllique n’existe probablement pas, surtout quand on y croit dur comme fer. Après sa rupture avec Satine, Kenobi s’était renfermé sur lui-même de sorte qu’il ne pourrait plus jamais en guérir. Ce fut une mauvaise décision. Dans de pareils cas, il faut parler, crier, taper, se défouler, faire n’importe quoi qui aide à évacuer les mauvaises ondes. Les mauvaises ondes sont dangereuses pour les Jedis, c’est bien pour ça qu’ils n’ont pas le droit de s’attacher aux autres, d’être amoureux et de prendre le risque de se faire briser en milliers de morceaux. Quand Hayley avait traversé sa crise, Obi-Wan n’était pas prêt à l’aider ; comment aurait-il pu lui faire la leçon alors qu’il ne respectait pas ses propres conseils ? Et puis, Hayley était bien trop fière pour seulement avouer avoir besoin d’aide. Pour Ella, ce n’était pas pareil. La jeune femme blonde était une petite chose fragile qu’il fallait préserver du monde extérieur jusqu’à temps qu’elle soit prête à l’affronter. Eryll n’avait pas fait correctement son travail à ce sujet ; elle était censée s’occuper convenablement de sa padawan, faire attention à elle et la protéger quoiqu’il arrive. Il est vrai qu’Ella est assez incontrôlable dans son genre, mais cela n’excuse rien. A cause d’Eryll, la jeune fille allait mal. De plus, la meilleure amie d’Hayley ne possédait aucune qualification en matière de relations amoureuse, elle ne lui serait donc d’aucun secours après la catastrophe. Et ce n’est pas Hayley qui allait s’ne charger. Peut-être qu’en échange d’un nouveau compte bancaire elle aurait accepté, mais même avec ce chantage ce n’était pas si sûre. Et dans tous les cas, Hayley n’était pas vraiment patiente, son intervention n’aurait servi qu’à la détruire encore plus. Kenobi ne promettait rien mais il allait essayer, ce qui était déjà un bon début. Après tout, n’était-ce pas pour ça qu’il avait placé un mouchard sur le vaisseau de la padawan blonde et qu’il l’avait suivi dès que le bippeur avait indiqué un changement de position ? Obi-Wan savait ce qu’il allait lui dire. De ce fait, il était presque certain de la faire pleurer avant la fin de la soirée, mais pleurer n’est pas si mauvais pour le cœur qu’on a l’habitude de le prétendre. Le plus déprimant dans tout ça ? Kenobi savait qu’il allait devoir pleurer aussi, tout simplement car il allait devoir évoquer les deux personnes qui lui tenaient le plus à cœur dans toute la galaxie, Anakin et Satine.


- Je sais exactement ce que tu ressens, Ella.

L’entendre parler ne devait pas être une surprise pour la jeune fille, elle avait forcément du entendre son vaisseau atterrir, le cockpit s’ouvrir, et Obi-Wan marcher vers elle tranquillement. En fait, un effet de surprise aurait pu être dangereux, étant donné l’endroit où ils se trouvaient… Il n’y avait qu’Ella pour aller s’asseoir sur le toit d’un gratte-ciel, et au bord qui plus est ! Quand Kenobi avait pris la parole, il n’était qu’à quelques mètres d’elle ; depuis, il s’était assis en silence, se contentant d’admirer la vue. La planète-cité de Coruscant était presque belle en fin d’après-midi… La particule « presque » vient encore une fois tout gâcher. De même, la situation aurait presque pu être agréable. Mais non. Puisque à présent il allait falloir parler franchement, ne pas avoir peur des mots, penser… Accepter le passé. Vivre avec. Se relever. Prêt à continuer de vivre dans le futur. Rien de cela ne sera facile. Pour Ella, mais aussi pour Obi-Wan. Et pourtant il fallait le faire, c’était le prix à payer pour espérer pouvoir en parler sans se mettre à pleurer sur son sort. En continuant de fixer le paysage, Obi-Wan se remit à parler ; sa voix était si triste qu’il était aisé de deviner qu’il parlait en connaissance de cause, et que lui ne s’en était jamais remis.

- Tu te demandes pourquoi on doit toujours tomber amoureux de la mauvaise personne hein ? Parce que la vie n’est pas un conte de fée…

Heureusement qu’Hayley n’était pas là. Déjà, elle l’aurait tapé pour oser parler à Hayley. Mais ça, ce n’était pas le plus grave. Elle lui aurait surtout tenu rigueur du contenu de ce qu’il lui racontait. Pas de bonheur possible, seulement des trahisons, des déceptions et des peines amoureuses Voilà ce que pensait réellement Obi-Wan. Pour finir, elle se serait vexée puisqu’il l’assimilait à une nouvelle « mauvaise personne », une nouvelle Satine donc. Ce n’était pas exactement le sens des paroles du Jedi. Satine avait effectivement été la mauvaise personne à aimer puisqu’elle l’avait quitté sans réelle raison valable, l’obligeant à plonger dans un océan d’amertume et de désespoir. Hayley, ce n’était pas pareille. Obi-Wan était persuadé qu’elle ne le quitterait pas ; mais le problème résidait ailleurs. Kenobi ne l’aimait pas de la même manière qu’il avait aimé Satine. Il aimait Hayley comme on aime un médicament puissant, ou une certaine marque d’alcool, ou encore sa dose de cocaïne quotidienne… Un jour elle s’en rendrait compte. Un jour elle aurait mal. Un jour il devrait partir. Mais ce n’était pas encore le cas. Obi-Wan n’était pas assez idiot pour partir seul en ce moment, il savait pertinemment que son problème n’était pas réglé et qu’Hayley avait aussi besoin de lui. Et puis, il faut dire qu’il n’avait vraiment pas envie d’avoir Qui Gon sur le dos ! En fait, n’importe quelle personne extérieure à leur entourage proche pourrait associer leur histoire d’amour à une idylle. Or, cela ne pouvait pas être le cas car, comme le maitre Jedi venait de le faire remarquer à Ella, les histoires merveilleuses qui se terminent par « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants », cela n’existe pas dans la vraie vie. Nous ne vivons pas dans un conte, c’est pourquoi la souffrance est de mise.

- Je sais que ça fait mal mais il était grand temps que tu t’en rendes compte.

Voir que c’est Kenobi qui disait ça ! Celui qui n’avait jamais réussi à passer au-dessus de son histoire avec Satine, persuadé qu’un jour elle reviendrait. Elle ne pouvait que revenir vers lui, il l’aimait bien trop fort pour que ce soit terminé pour toujours entre eux. Obi-Wan y croyait et il aurait misé toute sa fortune là-dessus. Bien entendu, ses plans ne prenaient pas en compte Hayley. De la même manière qu’Anakin, Hayley venait toujours tout compliqué. Mais au moins il avait quelqu’un sur qui se reposer le soir ; quelqu’un qui lui permettait de penser à autre chose ; quelqu’un qui le faisait patienter jusqu’au retour de son plus grand amour. Non, décidément, mieux valait qu’Hayley ne soit pas là. Cette fille avait un don pour lire dans ses yeux, et, à l’heure qu’il est, elle l’aurait déjà agressé de quelque manière que ce soit, pour avoir osé pensé à une autre qu’elle de manière positive. On ne peut jamais réellement passer au-dessus d’une peine de cœur mais Ella allait devoir essayer.

On n’oublie jamais rien, on vit avec.®



2050

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Just don't give up, I'm working it out
I think you could save my life...


Dernière édition par Obi-Wan Kenobi le Lun 6 Juin - 10:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ella Mars
Admin ~ Padawan de niveau 1 ~ Élève d'Eryll Izaez


Messages : 238
Date d'inscription : 30/09/2010
Age : 28
Âge du personnage : 20 ans !
MessageSujet: Re: Shine on, just shine on ! ★   Lun 23 Mai - 11:16

Voilà maintenant plusieurs heures que j'étais en haut de ce gratte ciel, au bord, les jambes dans le vide, regardant droit devant moi, sans pour autant voir le magnifique paysage qui se dressait devant moi. Mon visage était plus pâle que d'habitude. Malgré la tristesse et la souffrance de mon coeur, aucune larme ne coulait sur mon visage. Je fermais les yeux, inspirant profondément, m'amusant à balancer mes jambes dans le vide, tendit que le vent secouait mes cheveux, me donnant l'air dont j'avais besoin. Ayant vécu 16 ans sur Tatooine, j'avais l'habitude de la chaleur, mais je préférais de loin le vent. (Hors les tempêtes de sables, j'en avais assez eu comme ça !!!) Mes mains se crispèrent sur le bord de la paroi où j'étais assise. Je n'avais pas réussit ma mission. J'étais de retour sur Coruscant mais Vador était toujours en vie. J'avais faillit à mon devoir, à mes convictions. On aurait pu croire que dans ma tête c'était simple. Vador devait mourir, point barre. Malheureusement, tout était compliqué. Si je n'avais pas eu de sentiments pour Anakin, les choses auraient été plus facile. Mais voilà, je l'aimais. C'était un sentiment que je ne pouvais pas contrôler. Je ne décidais pas qui j'allais aimer où détester. Les choses se faisaient d'elles mêmes. Ce jour là, jamais je n'aurais du aller aux fêtes de noël, jamais ! Parce qu'ainsi je n'aurais pas rencontré Vador et je n'aurais eu aucun sentiment pour lui. Mais on ne pouvait pas changer les évènements. Ce qui est fait, est fait. Maintenant j'allais devoir assumer les conséquences. Bien entendu que je savais depuis le départ que l'assassin de maitre Allek était Vador. Mais aimer l'homme qui a tué la personne la plus précieuse à mes yeux … c'était horrible ! J'avais tellement honte et Maitre Allek aussi aurait eu honte. Enfin peut-être pas, il savait se montrer compréhensif. Et bien j'aurais eu honte à sa place !

J'admet qu'en allait sur Byss, je n'avais pas pensé aux conséquences. J'avais agit sur un coup de tête. Parce que mon coeur criait vengeance. Tout ce que je devais faire était tuer Vador et le reste n'avait pas d'importance. Vengeance, vengeance, vengeance ! Rien d'autre que cela ! Alors oui j'avais pris un risque considérable et non je ne m'attendais pas à survivre. Évidemment que j'avais conscience de ne pas être de taille face à Anakin. Mais je devais simplement faire de mon mieux. Vador m'avait enlevé la personne la plus précieuse à mes yeux, maitre Allek. L'homme qui avait prit soin de moi, l'homme qui avait remplacé mon père. Alors c'était simple, je devais venger mon maitre, peut importe si j'y laissais la vie ! Au moins j'aurais eu le mérite d'avoir agit, pour laver cet affront. Que pouvais-je faire d'autre de toute façon ? Mais je ne m'étais absolument pas douté qu'Obi-Wan et Hayley iraient me retrouver. Pourquoi étaient-ils venus ? Comment avaient-ils fait pour me trouver ? Pourquoi ? De toute façon, qui j'intéressais chez les jedi ? Hayley ? … Certainement pas, elle me déteste depuis notre première rencontre bien que je ne lui ai rien fait. Obi-Wan a eu le malheur de m'adresser la parole. Maitre Eryll ? Avec moi, il était clair qu'elle commençait à en avoir marre. Avec ce dernier coup, c'était sur qu'elle n'accepterait plus de m'avoir comme Padawan. Obi-Wan ? Il devait être agacé par mon comportement, à toujours le harceler. Il devait être complétement blasé. Non il n'y avait toujours eu qu'une seule personne qui c'était intéressé à moi. Maitre Allek. Et cette personne n'était plus. Alors pourquoi étaient-ils venus me chercher ? Pourquoi, pourquoi ?? Ils auraient pu mourir par ma faute. J'avais mis tout le monde en danger. Et ça, c'était impardonnable.

J'avais bien entendu le vaisseau d'Obi-Wan atterrir sur le toit. Des bruits de pas se dirigèrent vers moi. Je ne bougeais pas pour autant de place, agissant comme si je ne l'avais pas vu, bien qu'il devait se douter du contraire. Et voilà, le moment était venu. J'allais me faire virer de l'ordre jedi. Qu'est-ce que j'allais faire maintenant ? Où est-ce que j'allais vivre ? Est-ce que j'arriverais à prendre ma vie en main ? Toute seule ? Il allait bien falloir que oui. Quel travail je pourrais bien faire ? C'est embêtant, je ne savais rien faire. Je n'avais aucune qualification pour quoi que ce soit. Je laissa échapper un petit rire, sans vie. Oh si, il y avait bien quelque chose que je savais faire. L'esclave à Tatooine. J'allais retourner dans ma planète natale et reprendre ma vie là où je l'avais laissé, comme si rien ne s'était passé. Avant ma rencontre avec maitre Allek. Ce serait le retour d'Elle. Coucou les gens, me revoilà ! Ce n'était pas une si mauvaise idée. Je continuerais de me battre avec les « trois zigotos » comme je l'avais toujours fait. Et oui, même Elle avait ses ennemis sur Tatooine. Trois garçons de mon âge que je ne supportais pas. Généralement nos rencontres finissaient toujours en bagarre. Mais ça c'était Elle. Parce qu'Ella ne se battait pas. Même aux provocations d'Hayley, je me contentais de sourire ou répondre avec humour, mais au grand jamais, je me montrais violente. Alors si on aurait dit aux membres de l'ordre qu'il y a des années, je ne faisais que me battre avec trois mecs, ils auraient surement été surprit. Bon évidemment, trois contre un, l'issu du combat était logique, mais je ne me dérangeais pas pour foncer dans le tas.

Obi-Wan s'assit à côté de moi. Pour ma part, je ne bougeais toujours pas, le regard figé droit devant moi.

« Je sais exactement ce que tu ressens Ella »

Non Obi-Wan, tu ne pouvais pas savoir. Parce que je ne montrais pas ce que je ressentais. Non je n'ai pas l'intention de t'en parler, d'en parler tout court d'abord. Jamais je ne parlais de mes problèmes, et ce n'était pas maintenant que j'allais le faire. Parce qu'Ella Mars était toujours souriante, toujours heureuse et pleine de vie. C'était les seuls émotions que je montrais. La colère, la tristesse, ou autres sentiments négatifs, n'éclataient jamais devant les autres … du moins jusqu'à récemment. Jusqu'à avoir apprit que l'homme que j'aimais était Vador. Là mes émotions n'avaient pas pu rester enfouis au fond de mon coeur. Ils avaient surgis violemment, me poussant dans mes idées de vengeance. Mais maintenant c'était terminé, j'avais échoué, alors je devais revenir moi même et oublier tout ceci. Maintenant je devais assumer les conséquences de mes actes en commençant par redevenir moi même. Allez, Ella, un effort, tu peux le faire, tu l'as toujours fait ! Je ferma les yeux un moment, inspirant profondément, puis enfin, je me retournais vers Obi-Wan, posant mes yeux azur et brillant de malice sur lui. Je lui adressais mon habituel sourire chaleureux et plein de vie. Voilà, Ella était de retour ! J'éclatais d'un rire clair, un rire enfantin et naïf qui me caractérisait si bien.


« Mais non, vous inquiétez pour rien. Je vais bien, c'est fini maintenant ! »

Oui tout était fini, il était inutile d'en parler, c'était terminé. Il n'y avait rien à dire, rien à raconter. Qu'il me vire de l'ordre puis on en parle plus. Je ne voulais pas me confier, ni raconter ma vie, ni me justifier ou parler de mes sentiments. Parce que parler ne servait à rien, ça ne faisait pas avancer les choses. Alors qu'il agisse et passe à la sanction. C'est pour ça qu'il était là non ? Alors ne passons pas par quatre chemins.

Et pourtant, Obi-Wan n'avait pas l'air d'être là pour ça, vu les paroles qui suivirent :

« Tu te demandes pourquoi on doit toujours tomber amoureux de la mauvaise personne hein ? Parce que la vie n’est pas un conte de fée… »

La vie n'était pas à conte de fée …. il avait raison … j'avais oublié à quel point il avait raison. Pour moi l'amour était simple, je t'aime, tu m'aimes, on vit heureux jusqu'à la fin des temps. Mais maintenant je me rendais compte que l'amour n'était pas aussi simple que je le pensais. Et la vie encore moins. Parce que nous ne sommes pas ici pour vivre, mais pour survivre. Survivre dans ces planètes, dans ses mondes remplis de cruauté. Parce que c'était la cruauté qui régnait, pas l'amour. La vie était remplit d'épreuve à franchir, sinon elle serait bien monotone. Obi-Wan avait raison. Sur tout ! Parce que oui, je me demandais pourquoi je tombais amoureuse de la mauvaise personne ? Pourquoi avait-il fallu que ce soit lui ? Pourquoi Vador ? Il y avait pleins d'hommes, alors pourquoi avait-il fallu que ce soit justement lui ?! L'homme qui avait détruit ma vie était celui qui faisait battre mon coeur. C'était tellement ironique et injuste. Il n'y avait qu'à moi que ça arrivait ça !!

Mais encore une fois, il n'était pas question que je montre ce que je ressentais. Maitre Kenobi ne devait pas voir l'importance que tout ceci avait pour moi. Alors je me contentais de sourire, en riant.


«  Oh bah ce n'est pas grave, l'amour ça vient, ça part. Ce n'est qu'un accident de parcours, les jedi ne sont pas fait pour aimer. Ceci ne se reproduira plus, ne vous en faites pas ! »

Ce que je disais était vrai. Maintenant je comprend pourquoi le code interdit l'amour chez les jedis. C'est justement pour éviter ce genre de situations. Mais encore une fois, je ne respectais jamais les règles. J'aurais peut-être du être une fille plus sage. Mais non ce n'était pas un accident de parcours. Parce que même si j'haissais Vador, mon amour pour lui n'avait cesse de grandir, même maintenant. Même après mon aventure sur Byss. J'étais vraiment cruche ! Idiote ! Blonde !

Obi-Wan, lui, avait bien de la chance, il vivait heureux avec Hayley. Sa vie à lui était un conte de fée justement. Alors pourquoi est-ce qu'il disait ça ? Je le fixais un moment, essayant de comprendre ses paroles. Lui n'était pas tombé amoureux de la mauvaise personne ? Hayley était parfois difficile oui, mais elle l'aime sincèrement.


« … Oh …. »

Je venais de comprendre. Il avait du y avoir quelqu'un d'autre, quelqu'un d'autre avant Hayley. Une personne qui avait brisé le coeur d'Obi-Wan. C'est bien ce que je disais, les personnes cruelles, y'en avait de partout. Et pourtant, on ne pouvait s'empêcher de les aimer. La vie était injuste, injuste pour Obi-Wan, injuste pour Hayley, et injuste pour moi. Je regardais de nouveau devant moi. Non on ne choisissait pas la personne qu'on aimait. Obi-Wan me dit qu'il était tant que je me rende compte. Oui, il était temps de grandir, je ne suis plus une enfant.

« Comment vous faites ? Comment avez vous fait pour oublier « cette femme » et aimer Hayley ? … Et aussi comment avez vous fait pour oublier …. Anakin ? »

Ma voix c'était brisée en prononçant le dernier mot. Ce nom .. Anakin … je n'arrivais même pas à l'appeler Vador. Mais il fallait que je sache comment faisait Obi-Wan. Pour que je fasse la même chose. Parce que je ne pouvais pas aimer l'homme qui a tué maitre Allek, ça c'était impossible ! Alors là, il allait vraiment falloir qu'il m'aide. S'il avait vécu ceci, Obi-Wan devait avoir les réponses que j'attendais. Mais qu'avait-il vécu au juste ? Je le regardais de nouveau. Je ne connais rien de lui, ce qui était normal bien entendu. Mais comment prendre exemple sur quelqu'un qu'on ne connait pas ? Cette fois-ci je ne souriais plus. Mon visage était triste, on pouvait lire la détresse dans mes yeux. Pourquoi fallait-il qu'il me voit comme ça ?

«  Je n'ai rien fait pour mériter tout ça. Je sais, je ne suis pas une fille facile, je ne suis pas parfaite, j'ai même pleins de défauts qui sont agaçant. Mais je n'ai jamais rien fait de mal, alors pourquoi moi ? Pourquoi ma vie est enfer ? Pourquoi ce sont toujours les gens honnêtes qui prennent ? »

Je crains que ses questions resteront sans réponse. Parce qu'il n'y avait pas de réponses logiques à donner. La vie était mal faite, voilà tout.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Obi-Wan Kenobi
Admin ~ Grand Maître du Conseil Jedi de niveau 1


Messages : 717
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 26
Âge du personnage : 54 ans
MessageSujet: Re: Shine on, just shine on ! ★   Ven 27 Mai - 18:10


I could use the same old lies...



Faire semblant de ne pas avoir mal. Faire semblant de ne rien ressentir. Faire semblant de passer au-dessus de toutes ces épreuves sans être affaibli un tant soit peu. Tout ça, c’est Ella. Tout ça, c’est débile. Pourquoi s’entêtait-elle à ne rien dire ? Pourquoi voulait-elle lui faire croire que tout allait bien et qu’elle s’était déjà remise de sa peine d’amour, et de son premier amour qui plus est (espérons que ça soit le dernier) ? Pourquoi diable désirait-elle tant paraitre forte ? C’est vrai, il n’y avait personne pour la juger ici, Obi-Wan se moquait bien d’un possible affront au Code Jedi, que pourrait-il lui reprocher là-dessus de toute façon ? Personne n’allait se moquer d’elle si jamais elle se répandait en sanglots, s’interrompant pour dire à quel point elle aimait l’homme le plus pitoyable de toute la galaxie. Sauf qu’Ella Mars était une padawan qui s’efforçait, de temps à autres, de se montrer forte. L’origine de cette obsession commune à tous les apprentis ? Très simple. En étant fort, on passe au-dessus des coups bas, on s’en remet, on continue à avancer, on reste vivant, et on devient Jedi. Un Jedi est fort. Ou, tout du moins, un Jedi est censé être fort. Stéréotype que l’on peut trouver dans tous les livres pour enfants. A chaque fois, le Jedi sera celui qui viendra délivrer les honnêtes gens des méchants bandits qui les oppressent. Et tout est beau ! Tout finit bien ! Les gens remercient le Jedi, puis, ils rentrent manger tous ensemble dans une gaieté parfaite. Et le Jedi reste seul. Ce n’est pas bien grave, diront les enfants, ils ont d’autres missions. Cependant, essayez de passer votre vie dans un chasseur stellaire, naviguant sans cesse à travers les systèmes, sans vous sentir blasé. Bien sûr, il y a les compagnons de mission et les padawans, quoique pour les padawan, ils peuvent parfois être tellement tannant qu’on pourrait s’en passer sans grande peine, mais cela ne suffit pas. Le Jedi fait preuve de compassion, le Jedi a besoin d’amis, et plus que tout, le Jedi aime. Un membre de l’ordre Jedi, et qu’importe son rang, est humain avant tout. Il a ses moments de faiblesse, et a besoin de certaines choses que l’on s’obstine à lui refuser… Le problème avec l’enseignement du Temple, c’est qu’on enseigne aux gamins qu’ils sombreront dans le côté obscur s’ils cèdent à leurs tentations : curiosité, désir, passion, animosité… Ce n’est pas exactement vrai. Il suffit de savoir effectuer un juste milieu. Et ça, les Siths l’ont compris. Ce qui n’a pas empêché la plupart de sombrer, irrémédiablement.

Alors voilà, Ella Mars ne semblait pas plus touchée que ça par ses paroles… Ou, peut-être essayait-elle seulement de se créer un masque. Elle était plutôt douée dans cet exercice par ailleurs. Seulement, cela ne suffisait pas pour Obi-Wan. Kenobi était passé professionnel dans ce domaine et seule Hayley avait réussi à le percer à jour, alors autant dire que le faible sourire de la jolie blonde ne lui semblait pas très convaincant… Par contre, il fallait bien admettre qu’elle faisait des efforts pour qu’il semble réaliste, et naturel de surcroit. Ella souriait tout le temps, il était donc logique que son masque reprenne son caractère ordinaire. Mais non. On ne peut pas oublier quelqu’un qu’on aime aussi facilement. Obi-Wan avait mis des mois à accepter la mort de Siri Tachi… On ne peut pas jurer qu’on ne veut plus revoir la personne qu’on aime de toute son âme. Après toutes ces années, Obi-Wan n’attendait qu’une seule chose, que Satine accepte de le reprendre. On ne peut pas jurer qu’on a compris de leçon, et qu’on ne tombera plus jamais amoureux. Ah, ça, c’est loin d’être possible puisqu’on est encore amoureux de la personne ; de fait, Kenobi était persuadé qu’Ella se trouvait encore fortement entichée de Vador. Ah la pauvre, elle n’avait pas de chance ; probablement car elle avait trop côtoyé Hayley, Obi-Wan avait toujours pensé que la poisse de sa padawan était contagieuse…Enfin, elle se décidait à afficher une autre expression que ce maigre sourire qui ne lui allait plus du tout étant donné les circonstances. Ella Mars n’était plus une gamine. Ella Mars n’était plus naïve. Ella Mars ne croyait plus aux contes de fées. Ella Mars devait grandir. Et mûrir. Pour conclure, Ella Mars allait avoir mal, très mal.

Sauf que tout ne pouvait pas être aussi simple. La jeune femme blonde ne se contentait pas d’accepter sa douleur, elle désirait également faire souffrir Obi-Wan autant que possible. Remuer le couteau dans la plaie. Encore. Encore. Et encore. Oh, elle ne le faisait probablement pas exprès. En fait, c’était presque glorifiant pour Kenobi puisqu’elle souhaitait simplement savoir comment lui avait fait pour passer au-dessus de tout cela. Oublier, telle était, ici, la notion clef. Comme si Obi-Wan était capable de cela. Si jamais ça avait été le cas, il n’aurait pas pris cet air triste et déprimé en lui parlant, il aurait tenu des propos plus optimistes, et, plus simplement, il aurait été heureux. Sauf que rien de cela n’était possible. Avec des yeux tristes qui auraient pu s’exprimer parfaitement tous seuls, Ella continua et lui lançant une série de question qui ne méritaient pas vraiment de réponse… Pourquoi la vie est comme ça ? Car c’est la vie, jeune padawan. Qu’est-ce que le Grand Maitre Jedi aurait pu répondre de plus ? Oh, plein de choses très certainement. Seulement, il était pas encore temps. Pour l’instant, son cerveau tentait de recycler quelques mots qu’elle avait dit précédemment. Mais cela ne marchait pas. Il y a certaines expressions que l’on ne veut pas entendre, que l’on ne veut même pas accepter. Soit car c’est faux, soit car ça cause de la peine, soit à cause des deux. Avant qu’il ait fini de réfléchir à ce qu’il pourrait répondre à sa jeune interlocutrice, sa bouche parla tout seule, lançant une phrase sévère que personne n’aurait jamais du entendre. Personne. En fait, il n’aurait même pas dû être capable de la penser.


- Mais… je n’aime pas Hayley.

C’était sorti du tac-au-tac. Rien de méchant, juste une constatation. Ella ne pourrait pas comprendre le reste si elle n’était pas au courant de cela ; et pourtant, il aurait de loin préféré qu’elle ne comprenne pas son attitude et ses remords… Allait-elle se rendre jusqu’à la padawan maudite pour tout lui révéler ou bien préférerait-elle garder le secret d’Obi-Wan ? Peut-être même allait-elle penser qu’il délirait complètement, quoique, ce ne serait plus vraiment possible une fois qu’il se serait expliqué plus convenablement. Pour ce qui est de la suite, Kenobi avait du mal à se concentrer, Ella Mars n’avait peut-être pas parlé beaucoup, mais suffisamment pour parvenir à évoquer tous les sujets tabous du maitre Jedi. Satine. Anakin. Hayley. La vie. L’amour. L’avenir. Elle n’avait pas le droit. Obi-Wan avait mal à son petit cœur à cause d’elle… Pour être totalement franc, ce n’était pas nouveau, et ce n’était certainement pas à cause d’elle, mais Kenobi était comme ça, il ressentait toujours le besoin de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre. Ses yeux commencèrent à s’humidifier dangereusement. Bientôt il allait devoir pleurer. La question était : quand ? Quand est-ce que ses nerfs allaient lâcher définitivement ? Serait-ce en parlant de Satine ? Ou bien d’Anakin ? Un des deux, ça, c’était sûr… Obi-Wan ne pleurait pas souvent, il préférait tout garder secrètement à l’intérieur en attendant que cela explose. La dernière fois, c’était tombé sur Hayley, et c’était à cause du sujet Vador. Après quoi, sa padawan avait dû joué les bisounours afin qu’il cesse sa crise de larmes. Et ensuite… ensuite ce n’était pas important et cela faisait partie des choses que le Jedi espérait bien oublier. Être saoul, ça n’est pas beau. Heureusement, il n’y a pas d’alcool ici. Quoique, si penser à Satine Kryse avait été une boisson, Obi-Wan aurait très certainement fait un coma éthylique et ne se serait jamais éveillé.

- « Cette femme »… Satine… Oh non, je n’ai pas oublié Satine. Je ne l’oublierai sans doute jamais. Je l’ai aimé plus qu’on pense pouvoir aimer quelqu’un dans toute une vie, tu comprends… Satine, c’est ce qu’il y a de mieux dans toute la galaxie. Personne ne la remplacera jamais. Elle m’a peut-être quitté et je me moque de savoir si ses sentiments sont morts ou non, je sais que je l’aime encore. C’est la seule qui compte réellement dans ma vie. Je l’aimerai toute ma vie et personne ne pourra jamais la remplacer. Même pas Hayley. Surtout pas Hayley d’ailleurs.

Ah Satine… Sans elle à ses côtés, la vie semblait bien vide à Obi-Wan. Le vide. En dessous de lui, il y avait le vide. Ses jambes étaient d’ores et déjà en train de se balancer dans le vide. Dans le vide, on est plus libre de ses mouvements… Puisque sa vie était vide de sens , il pouvait s’éprendre de n’importe qui et faire des bêtises. Hayley était une bêtise. Une jeune et jolie bêtise sucrée à la framboise. Mais Kenobi n’en avait que faire. Il se moquait bien de savoir comment elle vivait leur relation, l’important était que lui soit satisfait et puisse se soulager de sa douleur de temps à autres. Obi-Wan Kenobi aimait le vide qui occupait l’espace autour de ses jambes. En fait, peut-être que ce serait une bonne solution, de vivre sa vie entièrement dans le vide, matériellement parlant. Pour cela, il avait juste à se pencher légèrement en avant, à se laisser glisser, et tous ses problèmes seraient terminés. Pourquoi pas. C’était une option comme une autre, et elle était très alléchante… D’autant plus que le vide semblait de plus en plus beau, doux, agréable, accueillant, sensuel et vide. En étant mort, il n’avait plus aucune chance de revoir Satine un jour, de se remettre en couple avec elle et de voir grandir son enfant. Le vide, c’est mal. Aussitôt, Kenobi se retira en hâletant de peur comme l’aurait fait un enfant qui avait failli se faire mordre la main par un chien alors qu’il allait pour se faire caressé. Se reculer était la meilleure solution afin de ne plus être tenté. Pas d’autre bêtise. Il avait déjà Hayley dans ce rôle, et c’était amplement suffisant.

- Hayley n’est rien de plus qu’un jouet pour moi. Un passe-temps relativement agréable. Une relation sans conséquence. C’est mon médicament. Ma drogue. C’est elle qui m’aide à tenir debout sans pleurer comme un enfant à chaque minute qui passe. Mais rien de plus. Je ne l’aime pas. Ne crois pas que c’est le cas. Je n’ai pas réussi à me remettre de ma peine et maintenant j’en suis réduit à faire souffrir les autres… Je sais que c’est mal, mais je ne peux pas faire autrement. Enfin, je ne VEUX pas faire autrement. Et je suis conscient que c’est encore plus horrible. Hayley ne l’a pas mérité, mais je ne l’aime pas, je ne peux pas me forcer. Alors je lui mens. J’ignore si cela fonctionne, mais en tout cas elle reste… Et, à vrai dire, c’est tout ce qui m’importe.

Et voilà, il pleurait. C’était pitoyable ! Pourquoi pleurait-il sur une personne qui ne lui importait même pas ?! En fait, Kenobi passait tellement de temps et gaspillait tellement d’énergie pour se déculpabiliser qu’il devenait encore plus sensible à ce sujet qu’à n’importe quel autre. Il avait beau dire ce qu’il voulait, il était attaché à Hayley et ne supporterait pas qu’elle souffre. Vous avez besoin d’une preuve ? Obi-Wan ne pouvait jamais dire non à Hayley ! Que ce soit pour une chose aussi banale qu’un câlin, pour un sujet plus sérieux comme l’adoption d’un animal et n’importe quel autre caprice qu’elle était capable de faire pour arriver à ses fins, la réponse serait toujours oui. Après de longues heures, ou minutes, de négociation certes, mais Obi-Wan finissait toujours par caler. En général, c’était simplement car il avait mal aux oreilles ; mais parfois, c’était car elle devenait triste, ou, du moins, elle faisait semblant. Or, Kenobi ne pouvait pas prendre le risque que cela soit réel, alors il lui donnait ce qu’elle voulait et elle parait en gambadant comme une gamine pourrie gâtée. Hayley était facile à satisfaire. Mais pas Obi-Wan. Hayley avait beau agir comme une sainte, jamais elle ne pourrait se battre contre un fantôme, et encore moins espérer remporter la bataille. Kenobi vivait dans le passé. Avec Satine. Et avec son ancien padawan. Hayley avait toujours eu raison à ce sujet : c’était Anakin qu’il voulait, pas elle.

- Comment pourrais-je oublier Anakin ? C’est probablement le pire salop de toute la galaxie. Tout le monde sait ce qu’il a fait et tous les crimes qu’il a commis ! Il m’a détruit, Ella. Totalement détruit. J’ai formé le padawan qui a renversé la République et créé l’Empire. Je ne mérite même pas de vivre. Lui non plus. Et pourtant je l’aime encore. Je ne pourrai pas le tuer. Et je ne supporterai pas que quelqu’un dise du mal de lui ou touche un seul de ses cheveux. Pourtant, c’est idiot, car il continue de faire le mal… Regarde-toi ! Qu’il m’atomise moi, c’est une chose, mais toi, c’en est une autre. Oh, ne t’inquiète pas, je ne lui ferai rien. Comme si j’étais capable de me battre avec lui, ou même seulement d’aller lui parler… Rien que de dire son nom me brise le cœur. Rien que de penser à lui me donne les larmes aux yeux. Je suis pathétique. Je le sais. Tu n’aurais jamais dû voir ça. Mais il faut bien parler un jour n’est-ce pas… Alors parlons, parlons, puisque c’est le seul remède.

Si seulement il n’était pas venu renverser l’équilibre fragile de la République, la vie aurait été tellement plus légère pour Obi-Wan. Pour le reste de la galaxie aussi, mais surtout pour Obi-Wan car il était égoïste et estimait que le reste des gens ne pouvaient pas comprendre ce qu’il ressentait au sujet du Jedi devenu Sith. Kenobi l’avait vu grandir, il lui avait tout appris, et Skywalker avait jeté la honte sur lui en détruisant tout ce qu’il avait un jour chéri. Et les larmes continuaient de couler, comme si elles constituaient à présent un élément essentiel du visage du Jedi. Et pourtant il n’avait pas terminé. Puisqu’il était lancé, autant continuer n’est-ce pas ? De toute façon, Ella lui avait posé des questions. Des questions débiles qui n’attendaient pas de réponse certes, mais des questions tout de même. Et la moindre des choses qu’Obi-Wan pouvait faire, c’était tenter d’y répondre aussi convenablement que possible. La mettre en garde. Lui expliquer. Quelles erreurs ne pas faire. Qu’est-ce qu’il ne fallait pas penser. Comment se relever. Comment continuer. Comment arrêter de pleurer. Comment vivre… Mais, par-dessus tout, comment ne pas devenir comme lui.

- Le bonheur n’existe pas. Voilà ce que j’en pense. Et si jamais il existe, il est inaccessible, et rien ne te permettra jamais de l’atteindre. Ni l’amour. Ni l’amitié. Ni des vacances. Rien, tu m’entends. Absolument rien. Alors, tu ne seras jamais complètement heureuse et il faudra te contenter de ce que tu as… Un vaisseau, une amie, une jolie vue, une discussion, ne pas être renvoyée de l’Ordre… Tu ne seras pas heureuse, c’est certain, mais tu pourras comprendre qu’il y a pire que toi. Je ne parle pas de moi, moi je le mérite. Mais les autres. Il te suffit de regarder autour de toi pour te rendre compte qu’il y a pire. En ce moment, tu n’y arriveras pas et tu vas penser que je suis complètement fou ; mais un jour, tu finiras pas comprendre. Et ce jour-là, peut-être que tu accepteras de recommencer à vivre. Si tu refuses, saches que tu deviendras comme moi. Oh, ce n’est pas une qualité, non, vraiment. Et d’ailleurs, je ne te le souhaite pas… Personne ne devrait renoncer à vivre car son idéal est incomplet, et surtout pas toi. Ta vie n’est pas un enfer Ella, mais je n’irai pas jusqu’à dire non plus que tu as beaucoup de chance. Cependant, regarde-bien, sais-tu pourquoi Hayley est horrible avec toi ? Car je te parle. Car tu peux m’avoir quand tu veux, pour discuter bien entendu ; or, c’est un privilège qu’elle n’a pas. C’est mal d’être jalouse, mais Hayley a le droit, car Hayley n’est rien… La vie n’est là que pour donner des coups. Le but du jeu n’est pas de tous les éviter… Bien au contraire, si rien de mal ne t’arrive jamais, tu ne pourras pas te relever quand le calvaire s’abattra sur toi. En ce qui concerne les Jedis, tu dois savoir que ceux qui ne se relèvent pas sombrent du côté Obscur. Comme… Anakin. Ne fais pas la même bêtise. Si tu m’estimes un tant soit peu, ne fais pas ça. S’il te plait. Tu vaux bien mieux que ça Ella, et j’espère de tout cœur que tu t’en rendras compte.

Voilà, avec ce petit discours, elle avait de quoi déprimer pendant des mois. Bien sûr, Kenobi n’attendait pas d’elle qu’elle soit d’accord tout de suite, ni même qu’elle se jette dans ses bras pour le remercier de ses précieux conseils. De toute façon, elle n’allait même pas comprendre ce qu’il venait de dire. Ensuite, elle n’allait pas saisir ce qu’il attendait exactement d’elle. Et enfin, elle ne serait jamais d’accord. Beaucoup de gens idéalisaient les Jedis, en particulier ceux qui avaient survécu à la Guerre des Clones, autrement dit, pas autant que l’on ne l’aurait désiré… Mais il ne fallait pas. Obi-Wan n’avait pas à être adulé, et Ella devait le voir comme il était : faible, déprimé et affreusement dépressif. Toutefois, à force de vouloir s’expliquer, Obi-Wan avait fini par en oublier qu’il n’était pas venu pour raconter ses propres misères, mais plutôt pour parler d’Ella, avec Ella. Le but n’était pas de faire un monologue et de monopoliser la parole afin qu’elle décide de sauter du toit pour abréger la torture… Ella devait parler, et se défouler. Comme Obi-Wan. Sauf que pour Kenobi, cela n’a servi à rien à part ouvrir la voie. Peut-être qu’en l’ayant vu pleurer, elle se sentirait moins gênée. Peut-être qu’après avoir écouté ce qu’il avait à dire, elle ne se priverait pas de s’étaler sur ses sentiments. Ou peut-être pas. Obi-Wan essuya ses larmes d’un revers de manche et releva la tête. Fini la victime. Désormais, c’était son tour d’être le psychologue.

- Il faut en parler Ella. Ca ne t’aidera pas. Du moins, pas sur le moment. Mais plus tard, ça fera effet. Je ne peux pas te dire quand, chaque personne est différente. Si tu ne veux rien me dire de plus, n’ais pas peur de me le dire, ou même, tu n’es pas obligée de répondre si cela t’arrange… Je ne t’en voudrai pas et je m’en irai. Toutefois, si tu es prête à revenir sur ce qui cause ton malheur, je suis là. Pour toi. Juste toi, et moi.

Que dire de plus ? Si elle voulait parler, Obi-Wan allait l’écouter. Si elle ne voulait pas, il la laisserait tranquille. Dans tous les cas, l’important était qu’elle sache qu’elle trouverait toujours quelqu’un sur qui compter en cas que coup dur… Aujourd’hui c’était Obi-Wan, demain ça serait peut-être quelqu’un d’autre, qui sait vraiment ce que nous réserve l’avenir…



3241

_________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Just don't give up, I'm working it out
I think you could save my life...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Ella Mars
Admin ~ Padawan de niveau 1 ~ Élève d'Eryll Izaez


Messages : 238
Date d'inscription : 30/09/2010
Age : 28
Âge du personnage : 20 ans !
MessageSujet: Re: Shine on, just shine on ! ★   Mer 29 Juin - 13:17

Quelle fut ma surprise lorsqu'Obi-Wan me dit qu'il n'était pas amoureux d'Hayley. Je sursautais violemment et faillis passer par dessus bord. Heureusement pour moi, je su garder mon équilibre au dernier moment. En revanche, je me retournais vers Obi-wan sans rien dire. De toute façon, mon regard parlait pour moi. En effet, je le regardais avec de grands yeux choqués. Comment osait-il m'avouer une telle chose ? Et puis s'il n'aimait pas Hayley, mais alors qu'est-ce qu'il fichait avec elle ? Il ne se rendait pas compte qu'il allait lui faire du mal ? Car plus le temps passerait, plus Hayley sera dépendante du jedi. Kenobi ferait mieux de tout stopper maintenant, avec que ce soit trop tard. Elle souffrirait beaucoup moins si la rupture serait maintenant. Et puis comment pouvons nous sortir avec une personne qu'on n'aime pas ? Ce n'était pas de se moquer de ses sentiments ? Où plutôt c'était assez égoïste de la part du grand jedi. Il pensait à son semblant de bonheur, avant de penser aux sentiments d'Hayley. Car non, Hayley ne pourrait pas être heureuse. Les deux n'étaient que dans un bonheur illusoire. Peut-être que ceci leur convenait, mais pour ma part, je ne pourrais pas vivre dans le mensonge.

Enfin c'est ce que je dis, mais d'un côté, ma vie n'était-elle pas mensongère également ? Sourire à tout le monde, depuis toutes ses années, faire la fofolle et la fille insouciante, alors que tout va mal. Moi je cachais ma souffrance derrière mes sourire. Ce n'était guerre mieux. Sauf que personne ne souffrirait de mon attitude, à part moi même. Ma douleur ne prendrait jamais fin. Il n'y avait pas une seule journée où mon esprit ne pensait pas à Allek, mon ancien maitre, cet homme qui était comme mon père … cet homme qui n'était plus.

Obi-Wan me donna plus d'explication sur ce que représentait Hayley pour lui. Si j'avais bien comprit … non il ne l'aimait pas, mais Hay' était son soutient moral, la personne qui l'empêchait de sombrer en restant à ses côtés. Obi-Wan avait un besoin vital de sa présence, quitte à la faire souffrir. Oui, il avait conscience de cette attitude égoïste, mais ne voulait pas faire autrement. Mais Hayley n'était pas bête, tout ceci, elle devait bien le savoir.

Quoi qu'il en soit, savoir tout ceci sur Obi-Wan, n'affectait pas mon jugement envers lui. Obi-Wan était mon idole, le modèle à suivre et ça ne changerait pas. Car après tout, on ne mélange pas vie privée et professionnelle.


« Je ne vous jugerais pas Obi-Wan. Vous resterez mon idole, quoi qu'il arrive. Et puis, si vous vous comportez ainsi avec Hayley, c'est que vous souffrez. Vous même vous reconnaissez que votre comportement est égoïste. Mais vous êtes un homme qui avait vu beaucoup de chose, maitre Kenobi, et vous avez également beaucoup perdu. Et lorsqu'on perd des êtres qui nous sont chers, on a tous une façon différente de réagir pour ne pas sombrer. Je ne peux que vous comprendre. Hayley est peut être dépendante de vous, mais je pense que vous, vous êtes encore plus dépendant qu'elle. Moi, je préfère me cacher derrière mes sourires, faire l'enfant, comme si j'étais une petite fille innocente qui n'a rien vu d'horrible dans sa vie. Une enfant heureuse qui ne connait que le bonheur. Mais Obi-Wan, notre vie est mensongère, c'est un bonheur illusoire. Lorsque vous me dites que le bonheur n'existe pas, la vérité, c'est que je le sais depuis bien longtemps, parce que contrairement à ce qu'on peut croire, j'ai toujours tout perdu … ma mère, ma grand-mère, mon père, Maitre Allek ….. mais c'est tellement plus facile de faire comme si rien ne c'était passé. J'ai choisis la facilité, c'est peut-être une erreur, mais je manque beaucoup de courage. Et en voilà le résultat ... »

Satine lui manquait, ça c'était clair. Mais Obi-Wan culpabilisait également de tout ce qu'il faisait subir à Hayley. Et du coup, lui même en souffrait encore plus. Si bien que des larmes coulaient sur son visage. Je restais interloquée pendant quelques secondes, figée sur place à le regardant. J'ouvris la bouche et la referma sans rien dire. Il était inutile de parler. Car aucune parole n'aurait pas guerrier le coeur brisé d'Obi-Wan. Ses blessures ne pouvaient pas se refermer. Hayley aurait beau tenter de les penser du mieux qu'elle le pouvait, elle ne parviendra jamais à ses fins. Mais moi j'avais toujours était quelqu'un de sensible et tactile. Je ne pouvais pas regarder Kenobi pleurer devant moi, sans rien faire, ce n'était pas possible. Un simple geste pouvait montrer une compassion. Pas de la pitié, mais simplement expliquer qu'on comprend, qu'on ne juge pas. Et qui serais-je pour juger ? Personne. Le regardant, toujours sans rien dire, je levais la mains et lui sécha ses larmes du bout des doigts. Je me contentais simplement de lui faire un petit sourire compréhensif, comme pour lui donner du courage.

J'avais compris une chose. Obi-Wan n'avait jamais pu oublier Satine, elle restait son plus grand amour, la femme de sa vie. Et moi, je ne pourrais jamais oublier l'amour que j'avais pour Anakin. Mais alors ? Qu'est-ce que je devais faire ? Obi-Wan arrivait à rester debout grâce à Hayley, mais moi ? Qu'est-ce que j'avais moi ? Rien, rien du tout. Moi je n'avais rien pour m'en sortir. Est-ce que mon destin serait donc de m'effondrer dans mon chagrin ? Je n'avais donc aucune sortie de secours.

La conversation tournait d'ailleurs du côté d'Anakin. Malgré ce qu'il avait fait, Obi-Wan continuait de l'aimer, et penser à lui le faisait souffrir. Sans pouvoir m'en empêcher, je laissais échapper un rire, sans joie. Ses paroles envers Anakin, je les comprenais, puisque c'était la même chose de mon côté. Pas pour les même raisons, mais les conclusions étaient identiques. Je l'aimais et je ne pouvais pas penser à lui sans souffrir. Mais encore une fois, Obi-Wan avait trouver Hayley pour s'en sortir, elle était son soutien. Moi par contre je n'avais aucune sortie de secours. …. Ou peut-être que si, j'en avais une. Une sortie qui était terriblement proche. Juste devant moi à vrai dire. Je me penchais légèrement en avant, les yeux baissés dans le vide. La solution était là. J'avais juste à sauter et tout serait terminé. Je n'aurais plus à m'en faire, plus à souffrir. Mais cet échappatoire était lâche, c'était de la triche. Certes, rien du tout ne me retenait dans cette vie. Si je mourais, je pourrais retrouver les personnes qui me sont chers. Mais je doute que maitre Allek me pardonnerait d'avoir sauté. Alors je restais sagement au rebord de ce toit, sans faire un mouvement pour sauter. Je me contentais de balancer mes jambes dans le vide, sans répondre au sujet d'Anakin. Qu'est-ce que je pouvais dire de toute façon ? Obi-Wan avait tellement bien tout résumé en ce qui le concernait.

Le discours qui suivit me fit franchement éclater de rire, rire aux éclats même. Non Obi-Wan avait raison, à ce moment même, je n'y croyais pas à ses paroles. Oui c'était vrai, il y avait pire que moi, je le reconnais, mais à ce moment précis, mais qu'est-ce que je m'en fichais. Je voulais être égoiste, ne penser qu'à moi. Seule ma souffrance m'importait, les autres, ce n'était pas mon problème. Chacun son malheur. Je n'étais pas tout à fait honnête, parce que j'étais toujours la première à me soucier des autres. Rien que l'histoire d'Obi-Wan m'avait émue. La souffrance qui habitait le coeur de Kenobi ne me laissait pas de marbre, bien au contraire. Mais comment entendre raison dans une telle situation ? Obi-Wan me dit qu'il n'y avait qu'en voyant des choses qu'on arrivait à se relever. Ce n'était pas vrai ! C'était un mensonge.


« Non c'est faux. J'ai l'air toujours plein de vie, à sourire, à rire avec tout le monde. Mais j'en ai vu des choses, j'en ai vu. Peut-être trop. Parce que là je sature. Je ne pourrais me relever Obi-Wan, plus maintenant. Il y a un moment où on ne peut plus, un moment où le courage et la volonté disparaisse. Où on fini par tomber dans un gouffre. Il n'y a pas de sortie pour moi. Je suis arrivée au bout de mes propres forces. J'en ai plus assez pour me relever. »

Obi-Wan me dit que les jedis qui ne se relevaient pas de leur douleur, finissent par sombrer du côté obscur, comme Anakin. Si j'estimais un tant soit peu Obi-Wan, je ne devais pas faire la même erreur. C'est ce que me demanda le jedi. Il me dit également que je valais bien mieux que ça. Non Obi-Wan, tu te trompes, je ne vaux rien du tout. Pour tout le monde, je ne suis qu'une cruche, un boulet, personne ne cherche à voir plus loin.

« Ne vous en faites pas Obi-Wan, le côté obscur ne me séduit pas du tout. Je ne suis pas intéressée. Tout ce que je voudrais maintenant, c'est m'endormir et ne jamais me réveiller, pour ne pas rejoindre cette réalité. De toute façon, je n'ai rien qui me rattache ici. Rien du tout. Non ne vous en faites pas, je ne me suiciderais pas, mais je n'ai pas non plus de motivation pour vivre. Honnêtement, vous pouvez me virer de l'ordre, parce que je m'en fiche mais royalement. C'était mon rêve autrefois, mais maintenant ça n'a plus d'importance. Parce que j'ai échouée sur toute la ligne. Maitre Allek avait tord à mon sujet, je ne suis pas faite pour être une jedi. Je ne suis rien du tout. Si, je suis le boulet de tout le monde, autrement dit, rien du tout. De plus, si je ne fais plus partie de l'ordre, tout le monde sera content, tout le monde se portera mieux. Eryll sera plus zen, Hayley ne sera plus faché et vous … et bien vous pourrez travailler tranquille sans que je vienne vous embêter. Vous voyez, ce sera mieux pour tout le monde. »

Obi-Wan me dit que je pouvais tout lui raconter, qu'il était la pour moi, que je pouvais me confier. Me confier ? Je ne l'avais jamais fait, jamais en trois ans. Personne ne savait rien sur moi. J'avais toujours fait attention à ne rien laisser échapper. Pourtant j'étais bavarde, trop même. Mais jamais, au grand jamais, je n'avais raconter ma vie ou laisser échapper mes véritables sentiments. Pour tout le monde, j'étais Ella Mars, la jeune fille qui croquait la vie à pleine dent. Tout raconter ? …. Il était peut être temps que quelqu'un me connaisse vraiment … de toute façon au point où j'en étais … Et puis Obi-Wan était le seul à être venu me voir, le seul à se soucier de moi, à ne pas m'avoir jugé pour les vies que j'ai risqué. Lui, il était venu m'écouter, pas me faire la morale. Il était bien le seul. Alors lui, il pouvait savoir la vérité.

« Elle …. Je m'appelle Elle, pas Ella »

J'avais voulu changer d'identité pour oublier celle que j'étais autre fois et m'offrir un nouveau départ, une nouvelle vie, comme si la précédente n'avait jamais existé. Seulement, mon passé m'était revenu comme un boomerang, me frappant de plein fouet. Et maintenant je ne pouvais plus y échapper. Pourquoi avoir changer seulement une lettre de mon prénom et pas le prénom tout entier ? Ne cherchez pas à comprendre, il n'y a pas d'explication, après tout faut pas trop m'en demander, je suis Ella, la blonde, le petit boulet.

« Si vous voulez savoir … il faut que je vous raconte tout depuis le début. Que je vous raconte ma vie, même si elle n'a pas grand intérêt. Lorsque je suis née, mon père n'était pas présent, d'ailleurs, il n'a jamais été présent dans ma vie, j'ai du le voir 5 fois au grand maximum. Je ne sais même pas à quoi il ressemble, et honnêtement, je m'en fiche pas mal. Je vivais avec ma mère et ma grand mère. Ne croyez pas que j'étais malheureuse à cause de l'absence de l'amour paternel, j'étais habituée. J'étais heureuse comme ça, ma mère m'aimait pour deux et elle faisait de son mieux pour m'éduquer. Mais voilà, comme vous le savez, les humains sur Tatooine ne sont que des esclaves. Ma mère travaillait beaucoup, beaucoup trop. J'avoue que moi j'arrivais généralement à fuguer la boutique dans laquelle je travaillais. Et oui, déjà plus petite je n'en fais qu'à ma tête. Enfin là n'est pas le sujet, ma mère finit par tomber malade, mais elle ne pouvait pas se soigner. Elle continuait de travailler, donnait le meilleur d'elle même, bien qu'elle était de plus en plus malade. Finalement elle perdit la vie. Je n'étais encore qu'une petite fille. Alors moi je suis restée avec ma grand mère. Je continuais de partir à « l'aventure » à la place de travailler. Quand j'y repense la bestiole qui me servait de patron n'était pas si méchant que ça avec moi, parce qu'il aurait très bien pu me rendre la vie très difficile. Puis Maitre Allek est arrivé. Un jedi en mission sur Tatooine qui croisa ma route. J'avais 15 ans à l'époque. Bien que je n'avais pas reçu d'entrainement, j'avais quand même un petit potentiel pour la lévitation des objets et autres. Instinctivement j'avais lévité le sable autour de moi, comme un bouclier lorsque je l'ai percuté. Il ne pouvait pas faire de moi une jedi, parce que j'étais trop vieille. Cependant, il resta deux ans avec moi, à me former quand même. J'étais vraiment attachée à lui. Finalement, il remplaçait le père que je n'avais pas eu. Oui c'était ça, je le considérais comme mon père. Puis ma grand mère mourut de vieillesse. Je venais de perdre le dernier membre de ma famille. Allek décida de quand même retourner au temple jedi sur Corruscant pour demander à Maitre Yoda s'il pouvait s'occuper officiellement de ma formation. J'avais 17 ans à ce moment là. Mais en arrivant à Corruscant, lorsqu'il rejoignit le temple …. il …. il …... »

Les larmes me montèrent aux yeux, sans que je puisse terminer mon histoire. Nous y voilà, le moment cruciale. Je fermais les yeux, sans me rendre compte des larmes qui ruisselaient le long de mes joues. J'inspirais profondément, avant de terminer mon histoire, sans regarder Obi-Wan.

« Lorsqu'il arriva, le temple était en feux. C'était le moment où Anakin … était dans le temple …. quand il a tué tous ses enfants …. quand il est tombé du côté obscur ….. maitre Allek n'est jamais revenu du temple »

Cette fois-ci j'éclatais en sanglots. Je me retournais brusquement vers Obi-Wan, agrippa ses bras, sanglotant encore plus. C'était la première fois que je craquais comme ça. La première fois que je parlais de ce qui était arrivé et de la réalité de la situation actuelle.

« Il l'a tué !!! Il a tué mon maitre !!! Anakin !!! Je suis amoureuse ! Je suis amoureuse de l'homme qui a tuer mon maitre !! Je suis une personne monstrueuse ! Comment je peux faire une telle chose à Maitre Allek ? Je suis horrible, vraiment horrible ! »

Et voilà, c'était sortit ! On aurait pu croire que je me sentirais mieux après, mais non !!

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Shine on, just shine on ! ★   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shine on, just shine on ! ★

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» you make me shine ▲ shane
» Il Kwon ▲shine bright like a diamond.
» Dawn + And the sun will shine for you
» Et sinon il y a des gratteux sur le forum ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Star Wars Galaxie :: La république :: Coruscant-
Sauter vers: